Connecte Ta Boîte, l’émission qui numérise les entreprises proposée par France Num, est de retour ! Découvrez la 3ème saison !

Comment choisir le bon nom de domaine pour le site internet de son entreprise ?

Fiche pratique | Publié le 12 janvier 2024 | Mis à jour le 15 janvier 2024

Photo illustrative

Le choix du nom de domaine de votre site web est très important pour assurer la bonne visibilité de votre activité en ligne ! Un bon nom de domaine facilite le référencement de votre site internet sur les moteurs de recherche et contribue à votre image de marque et à votre notoriété. Suivez les conseils d'un expert pour bien démarrer votre activité en ligne !

Qu’est-ce qu’un nom de domaine ?

Un nom de domaine est l’adresse du site internet de votre entreprise. Un nom de domaine est la traduction littérale de l'adresse IP, le numéro d'identification unique qui lui est attribué. Par exemple, wikipedia.org est plus simple à mémoriser que 208.80.154.224.

Il est composé de deux éléments : un nom et une extension. Dans le nom de domaine « exemple.fr » , exemple est le nom et .fr est l’extension.

Aujourd'hui, on compte plus de 300 millions de noms de domaine enregistrés dans le monde.

Pourquoi il est essentiel de posséder son propre nom de domaine ?

Tous les sites internet ont besoin d’un nom de domaine pour assurer leur présence en ligne. Il faut considérer que le nom de domaine est l’adresse postale, sur le web, du site Internet.

Doter son entreprise de son nom de domaine est indispensable à sa présence en ligne. Celui-ci assure 4 fonctions principales :

  1. Être facilement reconnaissable et mémorisable : un bon nom de domaine permet d’identifier rapidement l'entreprise, de la distinguer de ses concurrents et doit être facile à retenir.
  2. Faciliter le référencement : les moteurs de recherche tiennent compte du nom de domaine lorsqu’ils classent les différents sites dans les résultats de recherche.
  3. Gagner en crédibilité : le nom de domaine doit être cohérent avec l'activité de l'entreprise ou son identité pour lui donner de la crédibilité aux yeux des internautes.
  4. Façonner l'identité : le choix du nom de domaine contribue à la construction de l’image de marque de l'entreprise. Il doit renforcer la perception positive de la marque par le public.

Créer un site Internet avec un service gratuit, sans nom de domaine personnalisé ne sera pas efficace d’un point de vue référencement naturel et nuira à votre image. Cela fait amateur.

Bon à savoir : à l’image d’un terrain en immobilier, votre nom de domaine prendra de la valeur avec le développement de votre entreprise. Plus votre site Internet sera connu, référencé, aura un trafic conséquent, plus votre nom de domaine prendra de la valeur. C’est un actif immatériel de votre entreprise.

Comment choisir votre nom de domaine ?

Le premier critère : un nom de domaine doit être mémorisable.

Tout comme votre marque, le nom de votre site web doit marquer les esprits. On a tous à l’esprit des marques fortes qui se sont constituées avec leur nom de domaine.

Pour réussir ce critère, le mieux est de choisir un nom de domaine court, entre 7 et 15 caractères. Au-delà, vous compromettez vos chances.

Le second critère : être lisible

Votre nom de domaine sera affiché partout : sur vos affiches, sur internet, sur vos cartes de visite, sur votre camionnette… Si vous voulez être lu et compris du premier coup d’œil, il faut viser un nom facile à lire.

Pour cela, il faut qu'il soit écrit le plus normalement possible. Utilisez les accents. Oui, c’est possible d’enregistrer ùàéïô.fr, par exemple. Les mots avec cédille sont également mieux lus. La seule limite est que vous devez enregistrer aussi la version non accentuée ou sans cédille.

Le tiret est un formidable outil d’aide à la lecture. Le cerveau humain préfère lire plombier-agen.fr plutôt que plombieragen.fr.

Un tiret - , c’est bien. Plus, c’est moins bien pour la lisibilité.

Le troisième critère : le test radio

Votre nom est court, mémorisable et très lisible : BRAVO ! Passe-t-il le test radio ?

Imaginez que vous fassiez une campagne à la radio. A la fin de votre spot, vous dites « et retrouvez-nous sur …. .fr ». Pour passer ce test, vous devez vous assurer que tous les auditeurs seront en mesure d’écrire votre nom de domaine de la même façon.

Pour cela, évitez les mots au pluriel (vous serez forcé de le préciser à l’oral), les nombres de 0 à 16 (on écrit zéro ou 0 ?) et toutes les abréviations possibles.

Le quatrième critère : l’extension internet

Il existe des centaines d’extensions internet : .fr, .com, .bzh, .paris, .corsica, .alsace … Comment choisir la bonne ?

En tant qu’entreprise française, il est recommandé d’enregistrer les extensions .fr et .com pour se protéger. Les autres extensions peuvent s’avérer utiles selon votre activité, votre implantation locale et surtout votre clientèle.

La question à se poser est la suivante : quelle extension va donner le plus confiance à mon client ? L’extension que vous utilisez pour communiquer va signifier beaucoup pour les internautes.

Ainsi, préférez toujours l’extension nationale des utilisateurs que vous visez.

    Cinq raisons de privilégier la proximité pour le nom de domaine de votre TPE PME

    Prenez le temps de réfléchir, en fonction de votre localisation et de votre activité et de la cible que vous visez, à l’extension qui correspond le mieux.

    Pour la France, le .fr et le .com sont les deux extensions les plus utilisées. Dans la majorité des cas, pour les TPE PME françaises, opter pour une extension en .fr est un choix judicieux.

    1. La proximité : le .fr signifie que vous vous adressez aux clients français, en français ou que vous faites du fabriqué en France quand le .pt est destiné aux clients portugais.
    Le .paris peut montrer votre lien avec la région parisienne tout comme le .bzh peut dire que vous êtes en Bretagne. Les extensions américaines, .com et .net par exemple , sont moins porteuses d'un sens spécifique.

    2. Le coût : en plus d’être un gage de proximité et de confiance, le prix d’un nom de domaine en .fr est moins élevé que le .com car il est vendu 30 à 40 % de moins par leur registre aux bureaux d’enregistrement.

    3. L'offre disponible : c’est aussi l’extension qui offre le plus de possibilités pour trouver un nom disponible : le .fr compte 4 millions de noms de domaine, contre 164 millions pour le .com.

    4. Le référencement : les extensions géographiques (.fr, .it, .de, …) permettent aux moteurs de recherche d’indexer le site par défaut dans une langue. La cohérence entre la langue est l'extension est donc un plus pour être bien positionné dans les résultats des moteurs de recherche.

    5. La sécurité : les extensions .fr, .paris, .bzh, .alsace, .corsica, .museum sont fabriquées en France. En cas de litige sur votre nom de domaine, avec le .fr, vous êtes sûr que c'est la législation française qui s'applique.

    Comment procéder à l’enregistrement de son nom de domaine ?

    Quand enregistrer un nom de domaine ?

    Faites-le dès que possible ! Dès que vous avez l’idée, vous pouvez / devez enregistrer le nom de domaine avant que quelqu'un d'autre ne le fasse avant vous. En effet, pour les noms de domaine, c'est la règle est « premier arrivé, premier servi » qui s'applique.

    Il n’est pas nécessaire d’attendre la délivrance de votre kbis ou un numéro de SIREN pour enregistrer un nom de domaine.

    N'attendez pas non plus de lancer votre projet de site web. Avec un nom de domaine, il est possible de paramétrer une redirection d'URL. Ainsi, vous pourrez rediriger tous les visiteurs de votre nom de domaine « exemple.fr » vers la page Internet de votre choix, par exemple :

    La bonne pratique pour les créateurs d’entreprise est de procéder de la manière suivante :

    1. Créer son nom de domaine
    2. Établir une redirection
    3. Communiquer sur le nom de domaine, le temps de créer un site Internet en bonne et due forme

    Bon à savoir : déposer votre nom de domaine, même sans site internet, vous évitera aussi le risque de voir des escrocs squatter votre nom de domaine pour usurper votre identité et duper vos clients !

    Découvrez les témoignages d'un vendeur de matériaux dans la construction ou celui d'un marchand de bois qui en ont été victimes.

    Combien coûte l’enregistrement d’un nom de domaine ?

    Généralement, l’enregistrement pour la première année coûte, selon l'extension choisie, entre 1 € et 15 €. Le renouvellement annuel se situe plus entre 10 et 15 €. Pour certaines extensions, les prix peuvent aller jusqu’à 60 € par an. C’est bien ce tarif qu’il faut regarder avant d’enregistrer pour une vision long terme.

    Pour en savoir plus, consultez l'article de l'Afnic, partenaire de France Num :

    Quelles sont les conditions pour enregistrer un nom de domaine ?

    Vérifier son éligibilité à une extension spécifique

    Chaque extension possède ses propres règles. Pour le .fr, par exemple, seuls les résidents européens (+ Suisse, Norvège, Islande et Liechtenstein) sont éligibles. Consultez les conditions de l'extension qui vous intéresse pour vous aider dans votre choix.

    Vérifier la disponibilité du nom de domaine

    Commencez par vous assurer que nom de domaine que vous voulez acquérir est bien disponible. Que vous recherchiez des informations sur un nom de domaine existant ou que vous souhaitiez en enregistrer un, le Whois est l’outil indispensable permettant de :

    • Tester immédiatement la disponibilité d’un nom de domaine ou de ses alternatives orthographiques ;
    • Connaître les informations utiles sur un nom déjà enregistré : titulaire, contact administratif et contact technique, bureau d’enregistrement, date d’expiration de l’enregistrement actuel et paramètres techniques associés (site web, serveurs de noms, etc.).

    Pour les extensions françaises, vous pouvez interroger le registre de l'Afnic :

    Pour les autres extensions, vous pouvez par exemple utiliser le service mis à disposition par le bureau d'enregistrement Gandi :

    Important : lorsque votre contrat se termine, faute de renouvellement, le nom de domaine est à nouveau libéré et c’est la règle du « 1er arrivé, 1er servi » qui prévaut.

    Mettez en place un renouvellement automatique de vos noms de domaine à l’échéance. Vous serez assuré de ne jamais perdre vos noms de domaine. Et sachez que vous pouvez enregistrer votre nom de domaine pour plusieurs années (10 ans maximum). N’hésitez pas à vous protéger en enregistrant sur plusieurs années dès le début.

    Que faire si le nom de domaine que vous voulez est déjà pris ?

    Si vous constatez que le nom de domaine que vous souhaitez acquérir est déjà pris, commencez déjà par réfléchir aux alternatives possibles. Il est en effet toujours plus simple d’enregistrer un nom de domaine libre plutôt que de chercher à récupérer un nom déjà pris.

    Si vous tenez absolument à récupérer le nom de domaine convoité, commencez par identifier son propriétaire. Le Whois vous donne accès à l'identité et éventuellement aux coordonnées de son titulaire :

    • Si c'est une personne morale, vous pourrez obtenir les coordonnées (email et téléphone) du titulaire.
    • Si c'est une personne physique et que vous avez un intérêt légitime, vous pourrez demander une levée d’anonymat des coordonnées. Si vous n’avez pas cette légitimité, alors, les coordonnées resteront cachées.

    Ensuite, libre à vous d’entrer ou non en négociation avec le titulaire actuel pour racheter le nom de domaine.

    Bon à savoir : pour faire l'acquisition d'un domaine déjà attribué, il existe plusieurs plateformes de mises en relation comme par exemple Sedo.

      A savoir : l’Afnic met à disposition de toute personne (physique ou morale) un service de médiation pour favoriser la  résolution à l'amiable des différends entre un ayant droit et un titulaire de nom de domaine enregistré sous l’une des extensions gérées par l’Afnic (.fr et ultramarins). Entièrement gratuite, cette procédure est proposée en préalable à l’ouverture d’un SYRELI (Système de résolution des litiges), sur la base du volontariat, afin de faciliter la gestion des litiges concernant les noms de domaine.

      Pour en savoir plus, consultez la page de l'Afnic consacrée à la résolution des litiges.

      Julien Karachehayas | Tous droits réservés

      Dans la même thématique

      Cette page vous a-t-elle été utile ?

      Suivez-nous sur les réseaux sociaux et Abonnez-vous à notre lettre d’information