Retour à la recherche

Intelligence artificielle : opportunité ou menace pour les TPE-PME ?

Formation | Publié le 08 septembre 2023 | Mis à jour le 09 septembre 2023

La CPME a organisé le 22 juin 2023 un webinaire qui fait le point sur les opportunités offertes par l'intelligence artificielle pour les entreprises ainsi que les enjeux et problématiques associés, notamment en matière de gestion des données personnelles. Sont également présentés les dispositifs d'accompagnement proposés par l’État.

L’intelligence artificielle (IA) influence de plus en plus notre quotidien et offre des opportunités pour accélérer la transition numérique et optimiser l'efficacité des TPE et PME. En parallèle, de nombreux chefs d’entreprise, s'inquiètent de l’avènement de l’IA qui peut être aussi perçue comme une menace.

Le webinaire, animé par Philippe Sauvaget, cofondateur et directeur de l’entreprise Commod et Amir Reza-Tofighi, Président de la Commission Innovation de la CPME, donne la parole a 4 experts de l’intelligence artificielle, qui établissent un état des lieux des possibilités offertes par l'IA et des précautions nécessaires à la fois pour réussir à l'exploiter et pour respecter le cadre légal.

L'intelligence artificielle générative offre de nombreux cas d'usages possibles pour les TPE et PME

Franck Bataille, est président de la société Inotys, président de la CPME 41 et président de Loir&Cher Tech. Il aides les PME à comprendre ce que l’IA peut leur apporter et les accompagne au quotidien les PME dans l’adoption de l’IA.

Pour lui l'IA offre principalement :

  • du confort pour les salariés qui sont déchargés de certaines tâches répétitives ;
  • des économies financières pour l'entreprise grâce aux gains de productivité obtenus.

La diversité des entreprises qu'il a accompagné reflètent les très nombreux cas d’usages possibles avec l'intelligence artificielle générative, par exemple :

  • pour gagner du temps dans le recrutement de ses futurs candidats et s'assurer de leur maîtrise de langues étrangères, un cabinet comptable a fait appel à une IA générative pour créer des tests multilingues permettant de tester les connaissances des candidats. Le cabinet est désormais autonome pour créer de nouveaux tests.
  • pour mieux gérer les avis clients des petits commerçants utilisent une IA générative pour rédiger des réponses automatisées à des commentaires clients.

L'investissement pour réaliser ce type d'action est très raisonnable. Le coût d'utilisation d'une IA générative, comme ChatGPT est faible et le coût de l'accompagnement, le plus souvent limité à une demi-journée de prestation est tout à fait abordable pour une TPE.

Il estime que la principale difficulté aujourd'hui est d'identifier des prestataires compétents en matière d’IA générative.

Identifier les activités qui peuvent bénéficier de l'apport de l'IA

Guillaume Hurbault, dirige la société GH Consulting qui accompagne les TPE pour utiliser l’IA.

Pour lui la première question à se poser c'est d'identifier les activités qui peuvent bénéficier de l'apport de l'IA, notamment :

  • les activités qu'il est possible d'automatiser comme les tâches répétitives qu’on fait tous les jours (copié/collé, envoyer un email…) offrent des gains de temps potentiels énormes (estimés à 2 heures par jour par employé). Pour lui, il ne s’agit pas de remplacer un salarié (pas encore possible) mais une partie des tâches qu’ils gèrent.
  • par l'exploitation des données que l'entreprise possède.
  • si on a des contenus à produire (image, texte, vidéo) l'IA générative est très utile pour alimenter un agent conversationnel (chatbot) par exemple pour gérer le premier niveau d’un service client ou encore pour exploiter les données internes à l’entreprise. 

Il a par exemple accompagné une PME de 20 personnes dans le secteur de l’immobilier haut de gamme qui a déployé un agent conversationnel (chatbot) capable d'exploiter l'intégralité des archives de l'entreprise. Il permet aux salariés d'accéder très simplement à l’historique de toutes les ventes de l'entreprise. 

L’État accompagne la structuration de l'écosystème et de l'offre IA

Kevin Kok Heang, chef de projets Intelligence artificielle à la Direction générale des Entreprises (DGE) présente les actions de l’État pour structurer l’écosystème et l’offre en matière d'IA.

La France est performante : de nombreuses entreprises françaises sont positionnées sur la marché de l'IA. Plus de 500 start-ups qui emploient entre 12 et 50 employés existent déjà en France. Elles ont levées ensemble 2 milliards d’euros de capitaux pour assurer leur développement.

Pour accompagner les entreprises, l’État a mis en place le Plan IA Booster :

  • IA Booster aide les TPE, PME et ETI à développer l’usage de l’IA source de productivité et de croissance ;
  • Le programme constitue une opportunité de découvrir gratuitement l'IA ou de bénéficier d'une aide financière pour l'intégrer (sous réserve de l'éligibilité de votre dossier) ;
  • Le dispositif, piloté par Bpifrance, permet d'être accompagné par des experts sélectionnés

Plus d'informations :

Sophie Nerbonne, directrice chargée de co-régulation économique à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil)

La Cnil s’intéresse aux technologies d’apprentissage automatiques car ces solutions sont susceptibles de manipuler des données personnelles (salariés, clients).

Elle s'intéresse aussi à la prise de décision automatique et à la discrimination algorithmique qu'elle peut entraîner. Il faut noter qu'il est obligatoire de dire à l'utilisateur qu’il a affaire à une machine et pas un humain !

L'utilisation de l'IA oblige à se poser les mêmes questions que pour tout autre traitement de données avant de démarrer tout projet :

  • Quelles en sont les finalités du traitement ?
  • Doit-on demander le consentement aux personnes ?
  • Est-ce que l'on ne prend que les données strictement nécessaires ?
  • La durée de conservation  des données est-elle respectée ?

Il est dont indispensable de savoir à quoi va servir l’IA, de réfléchir aux cas d’usages afin de voir si y a un sujet données personnelles qui relève du RGPD et le cas échéant de faire une analyse d’impact.

Elle rappelle enfin que les questions de cybersécurité sont essentielles.

La Cnil a produit plusieurs ressources utiles pour les entreprises :

Mots-clés

Julien Karachehayas

Photo illustrative

Type de formation

Cours en ligne

Format

À distance

Durée

45 minutes

Coût

Gratuit

Organisme

CPME

Dans la même thématique

Cette page vous a-t-elle été utile ?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et Abonnez-vous à notre lettre d’information