Le numérique, un levier de développement stratégique pour les TPE/PME

Stratégie numérique
Site internet
Acquisition de nouveaux clients
Site e-commerce
Place de marché
Gestion numérique
Motivation des collaborateurs
smartphone
Pixabay
CC0 Creative Commons

En 2017, alors que 82 % des internautes français effectuent des achats en ligne, seules 16 % des PME vendent sur Internet. Déjà largement engagée par les grands groupes et chez nos voisins européens, la transformation numérique des TPE/PME françaises constitue plus que jamais un levier stratégique incontournable dans leur développement.

Le numérique est partout

Qu’on le veuille ou non, toutes les activités commerciales embarquent du numérique. « Prenons une crêperie dans une petite ville touristique. La plupart des clients s’y rendront après avoir consulté Trip Advisor. De ce point de vue, il n’est plus possible de faire une distinction entre les entreprises numérisées et les autres », souligne Claudio Vanti, directeur des programmes d’innovation de NUMA, un incubateur de startups parisiennes.

Stratégique : un taux de croissance multiplié par 6

Pourtant, comme le constate Guy Mamou-Mani, co-président du Groupe Open, « 47 % des dirigeants de TPE et de PME considèrent la transformation numérique comme “un simple phénomène de mode” et ne perçoivent pas son caractère stratégique pour leur entreprise ».

Stratégique est bien le mot, puisque selon le cabinet Roland Berger, auteur d’une étude sur la transformation numérique, les entreprises qui intègrent pleinement le numérique connaissent en moyenne un taux de croissance multiplié par 6 et un taux de satisfaction des salariés 50 % plus élevé.

Un constat également partagé par Jean-Paul Agon. Pour le PDG du Groupe L’Oréal, « le digital change fondamentalement la relation avec le consommateur, mais aussi le consommateur lui-même, tout comme la relation qui unissait jusqu’à présent les entreprises avec leurs salariés ou les candidats à l’embauche ».

L’e-commerce pour accélérer ses ventes

Avec un total de ventes de 72 milliards d’euros en 2016 (+ 14,6 % par rapport à 2015), la croissance de l’e-commerce – tous secteurs confondus – profite pleinement aux TPE-PME numérisées. En effet, selon la FEVAD (Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance), le développement d’une offre en ligne élargit de 41 % une zone de chalandise et augmente jusqu’à 40 % le chiffre d’affaires d’un magasin physique.

« L’adhésion aux solutions numériques est vitale »

Sylvain Lejeune, repreneur du complexe hôtelier Quintessia Ressort dans la région nantaise, a ainsi vu son chiffre d’affaires progresser de 20 % depuis 2016, grâce au développement des réservations en ligne. Pour lui, aucun doute : « l’adhésion aux solutions numériques est vitale. Au sein de l’industrie hôtelière, le changement est permanent. Ne pas maîtriser l’usage des nouvelles technologies, c’est courir le risque d’être dépassé ».

Le secteur du tourisme est loin d’être le seul concerné. Ainsi, le fleuriste Aquarelle vend-il en ligne près de 700 000 bouquets chaque année, pour un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros, dont 20 % à l’international.

L’importance des places de marché pour gagner en visibilité

Pour afficher de telles performances, encore faut-il disposer d’un site Internet ou être présent sur une place de marché du type Amazon ou Cdiscount. Comme le constate le cabinet Deloitte, auteur d’une étude consacrée à l’opportunité que représente le numérique pour les PME françaises, seules 66 % d’entre elles possédaient un site web en 2015, contre 75 % pour la moyenne européenne. Et 16 % seulement des PME françaises proposent des ventes en ligne, contre 32 % des PME allemandes.

Un dynamisme qui s’adapte aux fluctuations d’activité

Qui dit numérique dit aussi réduction des coûts et amélioration des processus opérationnels. Les logiciels de tarification en temps réel ("yield management"), par exemple, permettent d’appliquer un prix souple, différencié et dynamique, en fonction des fluctuations de l’activité.

Très usité dans le transport ou l’hôtellerie, mais aussi dans l’industrie du spectacle, le sport, ou la distribution, le yield management s’applique à toutes les activités où s’observent des pics de charge. Patron d’une de Europcar Atlantique, agence régionale de location de véhicules, Denis Maure a adopté ce type de stratégie. Résultat, les revenus ont été optimisés de 20 %. « Grâce à cette solution, nous pilotons la disponibilité de notre offre trois ou quatre semaines à l’avance », se félicite-t-il.

Des opportunités de croissance et d’expansion

Enfin, parce qu’il entraîne souvent un changement de culture d’entreprise, le numérique favorise une plus grande implication des salariés. L’exemple de la biscuiterie Poult est significatif. En 2005, ce groupe familial fondé à la fin du XIXe siècle décide d’encourager l’intrapreneuriat, les programmes d’innovation ouverte, et les partenariats avec des jeunes pousses.

Des groupes de réflexion mélangeant les grades et les fonctions sont mis en place. Les résultats sont probants : en quelques années, Poult a multiplié par 4 son chiffre d’affaires.

De l’hôtellerie aux fleuristes, en passant pour la location automobile ou la biscuiterie, tous les secteurs sont aujourd’hui concernés par la transformation numérique. Celle-ci représente pour les TPE-PME françaises une véritable opportunité de croissance et de conquête de nouveaux marchés.

Imprimer

Voir aussi

Dossier
Site internet

12 bonnes pratiques pour apprendre à bien rédiger pour les mobiles (par Isabelle Canivet et Jean-Marc Hardy)

Fiche pratique
Stratégie numérique

Consultez la vidéo courte : la transformation numérique expliquée en emojis (par Cookie Connecté)

Fiche pratique
Site internet

Télécharger le cahier des charges pour faire un site Internet puis le compléter pour se lancer (par Québec numérique)

Besoin d'aide