République française

Le portail de la transformation numérique des entreprises

Retour à la page d'accueil

Artisans d’art : Comment mettre en place une présence en ligne efficace et rentable ?

Site internet
portrait de Frédéric Andrès, artisan ferronniet d'Art dans son atelier
Le Studio Next / Atelier Saint-Martin
DR

Pour les artisans d'Art, Internet est un moyen efficace pour faire connaitre leur savoir-faire mais aussi décrocher des clients. Mickaël Vigreux, expert et activateur France Num explique comment faire. Avec l'utilisation d'Internet par Frédéric Andrès, artisan ferronnier d'Art de l'Atelier Saint-Martin à Morillon (Haute-Savoie) pour dynamiser son activité avec le numérique, expliquée aussi dans le cadre du programme TV Connecte Ta Boite.

Les métiers d’art sont omniprésents dans notre société et témoignent de savoir-faire ancestraux à valoriser et à faire connaître. Les artisans d’art offrent une qualité de réalisations et de prestations ; ce sont également des passionnés.

L’architecture, l’ameublement, le luminaire, la bijouterie, le métal, la céramique, le verre et le cristal, la mode, le spectacle, le papier, le graphisme et l’impression… Cette riche diversité de savoir-faire est un atout et l’Internet est une chance pour ces métiers afin de contribuer à la connaissance et au développement des affaires des artisans d’art.

Dans ce champ : quelle stratégie adopter pour un artisan afin de valoriser au mieux son activité et son savoir-faire avec Internet, communiquer efficacement, trouver des clients et de nouveaux canaux de vente ?

Mickaël Vigreux, responsable formation présence en ligne, activateur France Num, expert dans l'émission TV Connecte Ta Boite (épisode 2 : la ferronnerie de Frédéric) et responsable commercial AFNIC délivre ses conseils aux entreprises artisanales avec cet article.

Il fait un zoom sur l'accompagnement de Frédéric Andrès, maitre artisan ferronnier d'Art à Morillon (74) en montrant comment il a aidé cet entrepreneur a repenser sa présence en ligne et son site Internet L'Atelier Saint-Martin avec un blog.

Artisans : 3 étapes indispensables pour renforcer sa présence Internet afin de trouver des clients

Voici 3 étapes clés pour développer son activité en ligne :

  • L’étude du projet de présence en ligne ;
  • La mise en place de son site Internet ;
  • Attirer des clients avec le numérique.

Monter son projet de présence sur Internet

La première étape consiste donc à étudier son marché et à réfléchir à son projet.

Ecrire 3 ou 4 fiches représentant les clients types (dits « persona ») est une bonne façon de débuter. On pourra leur donner un nom, une photo qui les représente et y indiquer leurs besoins, aspirations, objectifs, attentes et budget moyen, par exemple.

Ensuite, il faudra travailler son « pourquoi ».

Un ferronnier d’art, par exemple, restaure et crée des pièces en fer forgé. Cela ne le distingue pas des enseignes nationales qui vendent ce type pièces plus standardisées. En expliquant pourquoi il créé et restaure, un artisan d’art va beaucoup plus loin que les enseignes généralistes et cela le différencie d’elles. Ainsi, avec le « pourquoi », on transmet sa passion et on monte en gamme.

Un ferronnier d’art ne fait pas juste des « portails en fer forgé », il « créé et restaure des monuments et demeures avec un savoir-faire ancestral ».

Enfin, se fixer un objectif pour sa présence en ligne est un facteur de réussite. Sans but, la présence en ligne se limite souvent à un site vitrine qui ne rapporte pas de client.

Les artisans d’Art, comme tous les autres professionnels, ont tout intérêt à suivre un objectif. Par exemple, on peut viser le nombre de devis générés via le site internet, le nombre de ventes faites directement en ligne, le nombre de ventes en magasin suite à un contact numérique…

Cette première étape est incontournable pour faire les bons choix et être plus efficace pour la suite.

Mettre en place son site Internet

La deuxième étape consiste à poser les bases de sa présence numérique.

Un artisan d’art a tout intérêt à privilégier le site Internet pour mettre en valeur ses réalisations et faire venir tous les visiteurs chez lui. Il pourra mettre des photos de ses pièces, y expliquer et montrer les étapes de confection, ou encore mettre afficher les produits finis utilisés par leurs clients.

Le site Internet s’avère le lieu de prédilection pour donner le maximum de détails sur ses produits, son mode de fabrication ou son entretien.

L’objectif du site Internet est de transformer les visiteurs (des prospects) en clients.

Un site internet est une boutique virtuelle. Un visiteur qui arrive sur le site est comme un client qui rentre dans un magasin. Il aime être accueilli et un vendeur va chercher à lui vendre des produits ou services.

Un site qui ne vend pas en ligne est simplement un lieu d'exposition (dit aussi "showroom"). C’est coûteux et inefficace.

La page d’accueil du site sert à présenter l’entreprise. En haut de la page, il faut un minimum de texte et un maximum de design.

Une phrase (c’est ici que le « pourquoi » trouve toute sa place) et un bouton d’action (« prenez rendez-vous, commandez le produit, réservez, faites-vous rappeler… ») suffisent.

Ensuite, un menu permet au visiteur de naviguer facilement dans le site.

Faire venir et revenir des visiteurs sur son site

C'est la troisième étape. Les principaux moyens sont :

Les moteurs de recherche

Afin de préparer le référencement naturel du site dans les moteurs de recherche, la bonne pratique consiste à donner autant d’informations intéressantes que possible sur les pages.

Les pages des produits doivent être complétées au maximum. On doit pouvoir y lire tous les détails et la page doit nous apporter le maximum de réponses à toutes les questions que nous pourrions nous poser en tant que clients :

  • Pour qui sont destinés les produits ?
  • A quoi cela sert ?
  • Comment sont fabriqués les produits ? Où ? Quand ? Avec quelle méthode ?
  • Comment conserver ou réparer le produit ?

Pour améliorer son référencement, créer un blog professionnel est une excellente pratique. Il s’agira d’y intégrer des pages qui répondent aux questions des clients en relation avec ses produits.

La posture adéquate est celle de l’éducateur, du formateur qui va expliquer, avec transparence tout ce qu’il doit apprendre et transmettre d'utile aux clients.

Les réseaux sociaux

En reprenant les fiches clients types, il est aisé de repérer quel est leur réseau social favori.

La bonne pratique consiste à explorer et exploiter ce réseau social au maximum. En se concentrant sur un seul réseau, on concentre aussi son énergie et son temps.

Pour être admis puis suivi par une communauté sur les réseaux sociaux, il est préférable d’y être contributeur. Les articles de blog rédigés pour le site sont donc une très bonne source de contenus intéressants, variés et à valeur ajoutée pour les utilisateurs des réseaux sociaux.

Publier régulièrement des articles sous la forme de question « comment réparer un portail en fer forgé ? » ou de liste « les 5 erreurs à éviter quand on change un garde-corps en bois ? » est efficace pour accroitre sa communauté.

Les plateformes de vente en ligne

Un artisan qui vend ses produits sur une plateforme a la même position qu’un fournisseur chez un grand distributeur. Exemple : Etsy, ManoMano...

Les plateformes sont un bon levier pour toucher un public et des prospects qui ne connaissaient pas l’entreprise et qui auraient acheté chez un concurrent, si l’entreprise n’y était pas référencée. Pour l’artisan d’art, c’est l’opportunité de faire connaitre ses produits et se faire connaitre.

L’enjeu, pour conserver une marge plus importante, sera d’utiliser son propre site Internet pour les fidéliser.

Publier des tutoriels, avoir un blog fourni en explications est un prétexte valable pour envoyer ces nouveaux clients sur le site Internet.

Les annuaires

De nombreux annuaires existent. Il y a les annuaires professionnels référençant tous les artisans d’un même corps de métier, les annuaires locaux (ville) ou régionaux qui recensent toutes les entreprises du secteur.

Les syndicats professionnels, les Chambres de Commerce et d’Industrie, les Chambres des Métiers publient, elles aussi les listes des artisans d’art. Il faut veiller à y être présent.

Enfin, les annuaires web sont à alimenter et suivre (GoogleMyBusiness, Bing for business, 118 712…). L’ensemble des annuaires en ligne vous permet de maîtriser votre présence en ligne et de rediriger tous les visiteurs vers votre site Internet.

Votre base de clients

En alimentant une base de clients (bien entendu, en respectant le règlement général sur la protection des données - RGPD), l’artisan se constitue une base à relancer pour des chantiers futurs.

Par exemple, prévoir des révisions annuelles d’une œuvre réalisée, solliciter les clients satisfaits pour d’autres chantiers ou bien pour se faire recommander via une offre de parrainage.

Les clients satisfaits sont un levier à exploiter pour trouver d’autres chantiers.

Sans base clients solide, l’entreprise manque de référence et surtout n’a pas de clients à relancer pour les périodes plus creuses. Pour ce faire, l’idéal est d’utiliser un CRM (logiciel de gestion de la relation client) ; c’est-à-dire une solution permettant d’échanger avec les clients dans la durée et de connaître leurs besoins et leurs habitudes d'achats.

Comment mettre ce plan en place ?

  • Soit on réalise le tout soi-même et dans ce cas, il est recommandé de suivre une formation en création de site Internet et rédaction de contenu. Les outils sont désormais accessibles à tous. Les avantages sont le coût réduit et le contrôle total sur toutes les opérations. Les inconvénients seront le temps de mise en place et le rendu sans doute moins "professionnel" ;
  • soit on fait appel à un travailleur indépendant (freelance) ou une agence. Pour un site vitrine, il faut compter environ 1500 EUR (au minimum) et 3000 EUR environ pour un site marchand. Les avantages sont la rapidité de mise en œuvre et le rendu professionnel.

Pour les entreprises concernées, le chèque France Num de 500 EUR (proposé dans le cadre de France Relance) peut financer une partie de cet investissement. Voir les conditions d’éligibilité du chèque France Num : https://cheque.francenum.gouv.fr/ecom

A propos de l'auteur de cet article

Mickaël Vigreux est l'auteur du livre « Tout le monde peut trouver des clients avec Internet ! » (Vuibert, 2021) qui donne les informations aux TPE pour s'organiser et savoir ce que l'on doit faire pour décrocher des clients en ligne ; un ouvrage pratique conçu pour les entreprises.

L’Afnic, via son dispositif Réussir-en.fr a lancé « Je passe au Numérique » et a sélectionné des offres clés en main pour créer son site Internet : https://réussir-en.fr/offres-tpe

 

Mickaël Vigreux

Imprimer

Voir aussi

Dossier
Site internet

Une petite entreprise sur trois ne dispose pas de site internet. Pourtant être visible sur le Web est fondamental. Le chèque France Num de 500 euros constitue une opportunité pour démarrer. Il permet de financer tout ou partie de la création de votre site internet ou de votre site e-commerce. France Num, avec l’aide de l’Afnic, son partenaire, présente les avantages et inconvénients des différents types de solutions, fait des recommandations et propose une sélection de prestataires.

Dossier
Site internet

La rédaction des conditions générales d’utilisation (CGU) est une étape importante dans la réalisation de votre site internet. Elle va fixer contractuellement toutes les règles d’utilisation de votre site, et définir les droits et obligations des internautes ainsi que les vôtres. Les CGU permettent ainsi de limiter votre responsabilité et les risques de contentieux.

Dossier
Site internet

Les mentions légales sur un site internet sont obligatoires. Leur absence vous expose à des poursuites. Leur rédaction varie en fonction de votre type de structure et de vos pratiques en matière de gestion des données personnelles. Au-delà de l’obligation, une élaboration soignée de vos mentions légales témoignera de votre professionnalisme et réduira les risques de contentieux.